Rechercher

Les facteurs de motivation en liens à l’activité physique

Je me suis heurté plusieurs fois à de sérieuses résistances quand je parlais de l’importance cruciale de l’activité physique dans le bien-être au travail. Cela me paraissait si évident, que je ne comprenais pas, jusqu’au jour où je suis tombé sur cet article dans la revue « Psychology of Sport and Exercice » qui référait aux facteurs de motivations pour la pratique de l’exercice.

Ceci ajouté aux connotations liées à l’exercice (prochain papier) explique beaucoup. En gros, en se référant à la « Self-Determination Theory », il existe six profils motivationnels différents, dès lors qu’il s’agit de pratiquer l’exercice. Une détection du profil motivationnel permet d’adapter le programme aux personnes concernées et de réduire significativement la non-participation à ce dernier (seule une minorité n’est pas du tout motivée par l’exercice). En résumé, outre la non-motivation (très minoritaire), on y trouve les 5 profils suivants :

1. Motivation intrinsèque : joie et plaisir à être actif

2. Régulation intégrée : les comportements sont fonctions de l’identité que la personne a d’elle-même

3. Régulation identifiée : la signification qu’une personne attribue au fait d’être active

4. Régulation Introjectée : pression interne que la personne se met pour être active afin d’éviter le sentiment de culpabilité

5. Régulation externe : pression externe exercée par des personnes de l’entourage.

Mentionnons tout de même qu’aucun profil n’est « pur » et qu’au-delà des facteurs de motivation, il faut tenir compte également des barrières (douleurs, solitude, « flemme »).

Cependant, pour illustrer ces termes, un exemple relatif à la « régulation intégrée » : leader de haut niveau, ne s’identifiant pas à l’activité physique, mais voulant profiter de ses petits-enfants ; il n’a pas fallu longtemps pour lier l’image que la personne avait d’elle-même comme proche de et active avec ces petits-enfants, pour qu’un programme très progressif soit défini…

En conclusion, proposer un « corporate health program » sans tenir compte des différents facteurs de motivation, c’est parler à ceux et celles qui sont déjà sensibilisés – en gros, c’est ou dépenser de l’argent pour peu ou s’acheter une bonne conscience !


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout